28/01/2005

14 mai

 

 

Suite des événements ...

 

14 mai

 

 

  2h du matin, nous sommes à Emblem devant l’église, le commandant lit la carte et marque l’emplacement de la compagnie, mission spéciale : le pont; installation des quatre groupes dans le noir, nous sommes harassés, vraiment je tombe endormi sur de la paille.

  On me réveille, il faut déménager de nouveau; le commandant a mal compris le pont sera tenu par la 9è. Il fait déjà clair, je suis très étonné en voyant des gens abandonner précipitamment leurs maisons. Nouvelle installation, tous les groupes sont en place, rien de grave ne se passe dira-t-on, je vais encore me reposer une heure, un lieutenant de la 15è veille, je le remplacerai plus tard, je pénètre dans une maison qui semblait vide. En réalité j’en chasse un sergent de la 4è et deux femmes; il les avait baisées avec une frénésie toute soldatesque, deux simultanément !

 

  Je me suis étendu dans le lit ravagé et je me suis endormi comme du plomb. On me réveille, je me débarbouille un peu, je change de linge, Kintzelé se chargera de la lessive, le village est vide me dit-il, quasi, il ne reste que quelques habitants, les maisons sont abandonnées, les magasins ont été pillés, des caravanes de cyclistes et de piétons lourdement chargés sont sur la route. Je prends un café et remarque même un général français dans le flot des passants : la gravité de la situation est paradoxale, ici compte-tenu de ce qui semble se passer réellement puisque nous ne sommes pas, nous, encore au contact avec l’ennemi. Les infos arrivent par bribes et morceaux et un peu par Albert. Nombreuses sources de discorde et tiraillements entre les commandements Belge et Anglo-français. Il paraît que le commandant du 129è a perdu la tête et a lâchement quitté, abandonné son unité pour se réfugier à Vervins. On l’aurait mis aux arrêts. C’est la rupture à beaucoup d’endroits, par chez nous, la 55è a reculé, puis a pris complètement la poudre d’escampette et le général Libaud est en mauvaise posture à Monthermé. La 42è brigade de coloniaux fait des miracles mais que peut-elle face à la puissance de feu de l’ennemi ? Léon Blum qui est à la conférence du Labour party à Londres aurait déclaré que si les choses vont mal en Belgique et dans les Ardennes, elles iront mieux demain. Que ne vient-il ici lui-même ?

 

 

( à suivre )

(L’histoire complète en un seul tenant est disponible en la demandant – gentiment – à Xian) (format txt ou word mis en page classique sans illustrations)

 

 


04:40 Écrit par Charles Alfort | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.