04/02/2005

Nous étions insatiables l’un de l’autre

 

Suite des événements ...

 

  Nous étions insatiables l’un de l’autre, comment sont les autres amants me dit une jeune fille qui se nomme Sabine, qui s’est arrêtée à vélo à quelques mètres de ma position, elle pleure en buvant un café que Kintzelé lui a offert, elle se demande où est son homme qui ne lui a plus donné signe de vie depuis vendredi dernier. Elle venait de faire l’amour avec lui. Je n’ai rien su de l’amour que ce que j’ai appris ces quelques jours avant qu’il soit mobilisé et me quitte pour s’en aller mourir là-bas, car il est mort n’est-ce pas, dit-elle à Kintzelé et moi un peu gênés de ces confidences, nous qui sommes sevrés de Pilou, de nos femmes à nous, est-il possible monsieur l’officier que le désir ne cesse jamais de faire naître le désir et qu’à peine éveillés on veuille recommencer la nuit sans cesse à se projeter l’un vers l’autre ?

 

 

( à suivre )

(L’histoire complète en un seul tenant est disponible en la demandant – gentiment – à Xian) (format txt ou word mis en page classique sans illustrations)


06:08 Écrit par Charles Alfort | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

oui c'est possible
heureusement il ne lui donne plus signe de vie ;)
ça lui passera

Écrit par : | 04/02/2005

Les commentaires sont fermés.