15/02/2005

20 mai 1940

 

 

Suite des événements ...

 

 

 

 

 

Lundi 20.

 

 

  Je vais à Bruges à vélo pour toucher mon chèque et celui des hommes, poste fermée, on ne paye plus ! Je rencontre Depireux qui me dit qu’il est en repos à Aelter, que ces hommes n’ont que peu combattu mais qu’il en a perdu beaucoup à cause des raids de l’aviation. Il a appris que le général Giraud a été fait prisonnier par les Allemands.

  Les autres nouvelles sont tout aussi catastrophiques, Laferté est aux mains des Allemands, deux divisions françaises et des unités de cavalerie belge gardent la Flandre zelandaise, les Belges tiennent encore bon sur le canal de Terneuzen et bloquent l’Escaut jusqu’a Audenaerde, la 1è francaise tient Maulde et les avancées de Tournai, les Anglais sont disposés autour d’Arras et tiennent les canaux jusqu’à la mer.

  Tout le monde parle de trahison, on n’a pas revu le général Dethrixe, retraites sans combattre, c’est démoralisant. Des réfugiés partout, vers la gare, vers l’hôtel de ville, je ne vois plus personne de connaissance, ils attendent avec leurs ballots sur les trottoirs. Journaux, plus rien, tout est déjà vendu. J’ai pu acheter une chemise, Bruxelles est occupé, je l’entends en radiodiffusion INR dans le magasin, ils parlent déjà en allemand!

 

  Le 20 à 21h les Allemands de la 2è panzer entrent dans Abbeville. On constate ainsi une sorte de poche de front sur la Flandre franco-belge et les troupes alliées qui y restent sont qualifiées de base maritime de défense. On songe à confier le commandement à l’amiral de Dunkerke. En tous cas, un colonel passe à notre cantonnement pour inspecter les effets, Kintzelé a trouvé une chemise veste avec des galons de sergent et un pantalon qui lui va, à Pierrette qui fait ainsi partie de la troupe, pendant l’inspection elle était à la cuisine pour laquelle le colon n’a eu qu’un regard vague. Il a recensé le matériel d’infanterie et les armes. On n’a plus grand chose!

 

 

 

 

( à suivre )

(L’histoire complète en un seul tenant est disponible en la demandant – gentiment – à Xian) (format txt ou word mis en page classique sans illustrations)


07:50 Écrit par Charles Alfort | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.