20/02/2005

22 mai

 

Suite des événements ...

 

22 mai

 

 

  Le fameux général Duval écrit dans « Le journal » que les chars lourds allemands ne pourront pas franchir la Somme.

  A neuf heures, ordre de départ pour aller garder deux ponts sur le canal de dérivation de la Lys, à deux kilomètres. Le repli sur l’Yser envisagé par le roi Léopold paraît compromis devant les fulgurantes victoires allemandes. Avec quoi les retiendra-ton ici, mieux qu’aillleurs, avec quoi et avec qui ? La 6è armée allemande attaque Roulers.

  Toute une compagnie est logée dans deux pauvres bâtiments de ferme et au pont il y a déjà des gendarmes et un peloton du génie. J’ai un lit audessus d’une étable que je partagerai alternativement avec Kintzelé et Pierrette. Le moral est bas, très bas, on ne sait rien de ce qui se passe réellement, que signifie cette garde au Canal, la Zelande est-elle envahie ? Il pleut, il fait infect dans les fermes. A dix-huit heures, la pluie a cessé, nouvel ordre de départ, marche pénible, bagages sur chariots de ferme réquisitionnés, nous allons à Slijpe, quarante kilomètres dans le noir malgré une meilleure tenue que lors de la marche précédente, les hommes se débandent, à plusieurs carrefours, on en perd, on rencontre régulièrement un colonel en voiture qui nous regarde passer, voici la grand route d’Ostende, un canal, des soldats en uniformes de tirailleurs français en marche vers l’ouest, bien abattus aussi, mal équipés, des mitrailleuses tirées par des chiens, des petits canons de 25mm poussés par des hommes harassés, route de Dixmude, des réfugiés qui reviennent de France, les routes sont barrées, les Allemands sont partout !!! En plus ils se plaignent de l’accueil des Français qui les refoulent vers le nord.

 

 

 

( à suivre )

(L’histoire complète en un seul tenant est disponible en la demandant – gentiment – à Xian) (format txt ou word mis en page classique sans illustrations)

 

 

05:52 Écrit par Charles Alfort | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.