19/04/2006

Le refuge du requin

Ainsi donc, les lecteurs patients retrouvent les protagonistes de "Halte au feu" ...

 

1. Louis et Annie

 

 

 

Ceci est une histoire d’amour où l’on rencontre la guerre dans un ou deux pays qui nous sont familiers, où l’on reconnaît ses voisins et des gens qui nous ressemblent étrangement. Ça ne peut être qu’une histoire vraie surgie d'un lointain passé toujours proche, histoire merveilleuse et tragique dans laquelle je joue le rôle de comparse, de confident, piquant des parcelles de vérité de ci de là dans mes souvenirs et dans les vôtres.

En janvier de cette année 1940, je poursuivais des études au Massachusetts Institute lorsqu’un de mes amis du Musée de l’Homme, à Paris, m’a demandé de rentrer rapidement. Des événements graves se préparaient.

 

 

Ils n’ont pas manqué se produire et j’ai assisté à l’effroyable désastre depuis le bureau qui m’avait été attribué près du Trocadéro. Je n’ai même pas eu le temps de répondre à l’ordre de marche de candidat officier de réserve que le ministère m’avait envoyé, le régiment en question étant devenu introuvable. Et l’aurais-je trouvé que je ne sais si je l’aurais vraiment rejoint. Pourquoi fallait-il que je sois militaire ? Est-il donc nécessaire pour vivre heureux d’avoir été militaire, le service à la patrie, enfin ce service-là, est-il d'une quelconque utilité ? Pourquoi dois-je rendre service ? Mon discours ferait bondir Louis, mon aîné, mais je suis certain qu'il m'approuve. Défendre ses idées, sa famille, le pays dans lequel on vit ne passe pas nécessairement à mes yeux par le port d'un uniforme et la soumission à un commandement trop souvent politique et partisan.

 

 

 

Et les politiciens de mon pays ont dit bien des bêtises en 38 ou 39, trop de bêtises...  
Alors, nous voilà bien, maintenant, avec ces Boches-là sur les bras.

 

 

Annie vient d’acheter une belle chemisette de soie naturelle, cadeau inestimable qu’elle se fait en ces temps de récession et de dévaluation.

 

07:52 Écrit par Charles Alfort | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.